Un éternel recommencement

A défaut d’être allée aux sports d’hiver, c’est l’hiver qui est venu à moi et il aura été sport !
Entre grand froid et redoux, les températures yoyo ne m’auront pas simplifié la tâche et il y a pas mal de casse dans les cultures. C’est le jeu ma pauv’ Lucette !

On essaie d’être primeur, on prend des risques pour ça en anticipant parfois un peu les saisons, mais le printemps ce n’est que le 20 mars et on a tendance à l’oublier.

Je pourrai pleurer sur le sort de certains de mes petits plants, mais ça ne servirait pas à grand-chose et je préfère, une fois encore, accepter cette leçon d’humilité face à la nature.
Dans notre métier, le patron ce n’est ni moi, ni le client, mais la saison et cette année le printemps arrivera un peu en retard, l’hiver ayant décidé d’être plus vigoureux en sa fin qu’à ses débuts.
L’agriculture est un éternel recommencement, alors on recommence !